Afficher cette page en : Français Néerlandais

 
  RECHERCHER

Recherche de A à Z
Plan du site
 
Professionnels > Denrées alimentaires > Huiles minérales
Professionnels A propos de l'AFSCA Organigramme Contact Agréments, autorisations et enregistrements Autocontrôle Check-lists "Inspections" Denrées alimentaires Exportation pays tiers Financement de l'AFSCA Importation pays tiers Laboratoires Législation Notification obligatoire Production animale / Santé animale Production végétale Vente à la ferme Vétérinaires indépendants Bio-ingénieurs, ingénieurs industriels, bacheliers et masters indépendants Publications Utiles Cellule de vulgarisation et d'accompagnement Comités Comité consultatif Comité d'audit Comité scientifique Consommateurs

 
 

Huiles minérales


Récemment, la présence d'huiles minérales dans certaines denrées alimentaires a de nouveau attiré l’attention.


Origine des huiles minérales

Les hydrocarbures d'huiles minérales (mineral oil hydrocarbons ou MOH) sont des composés chimiques qui proviennent essentiellement du pétrole brut, mais ils sont également produits par synthèse à partir du charbon, du gaz naturel et de la biomasse. En raison de leurs applications nombreuses et diverses, les hydrocarbures d’huiles minérales peuvent se retrouver dans les denrées alimentaires. Ceci peut par exemple avoir lieu suite à une contamination environnementale ou via les lubrifiants des machines utilisées pour la récolte (par ex. machines présentant des fuites) ou pour la production de denrées alimentaires, suite à une utilisation en tant qu’additif alimentaire ou auxiliaire technologique (par ex. dans les produits phytopharmaceutiques, en tant qu’agent d’enrobage, ou lors de la transformation de graines oléagineuses…), via les équipements de transformation ou à partir des matériaux destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires (jute, carton recyclé, encres d'impression…).

Les hydrocarbures d'huiles minérales sont souvent subdivisés en deux groupes : la fraction saturée ou MOSH (mineral oil saturated hydrocarbons) et la fraction aromatique ou MOAH (mineral oil aromatic hydrocarbons). Il s'agit bien souvent de mélanges complexes aux caractéristiques très différentes.




Avis de l’EFSA à propos des huiles minérales dans les aliments

En 2012, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a publié une étude sur les risques liés à la présence de MOH dans les aliments. Cette étude a mis en évidence que certains composants présents dans ces mélanges pourraient potentiellement induire un risque pour la santé publique. Des éléments indiquent que la fraction saturée des hydrocarbures (MOSH) est susceptible de s'accumuler dans différents tissus et organes, entraînant des effets néfastes possibles sur la santé. Il s’est également avéré que la fraction aromatique des hydrocarbures (MOAH) pourrait être cancérigène et génotoxique.

Il subsiste cependant encore beaucoup d'incertitudes quant à la toxicité et au risque potentiel des MOSH et des MOAH. Différentes initiatives ont été prises tant au niveau européen que national pour éclaircir la situation.




Recommandation européenne sur le contrôle des MOH dans les denrées alimentaires et les matériaux de contact

Au niveau européen, il a été recommandé aux États membres de surveiller la présence d’huiles minérales (aussi bien des MOAH que des MOSH) dans les denrées alimentaires en 2017 et 2018 (Recommandation (UE) 2017/84 de la Commission du 16 janvier 2017 concernant la surveillance des hydrocarbures d'huiles minérales dans les denrées alimentaires et dans les matériaux et articles destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires). Ceci est important pour obtenir un meilleur aperçu de la présence de MOSH et de MOAH dans les denrées alimentaires et des types de denrées alimentaires qui contribuent à l’exposition du consommateur. Les résultats d’analyse obtenus doivent être rapportés à l’EFSA afin d’être étudiés plus en profondeur. De ce point de vue, il est recommandé d'analyser les denrées alimentaires suivantes : les graisses animales, le pain et les viennoiseries, les produits de boulangerie fine, les céréales pour petit-déjeuner, les confiseries (y compris le chocolat) et le cacao, la chair de poisson, les produits à base de poisson (poisson en conserve), les céréales pour l’alimentation humaine, les glaces et les desserts, les graines oléagineuses, les pâtes alimentaires, les produits dérivés de céréales, les légumineuses, les saucisses, les fruits à coque, les huiles végétales ainsi que les matériaux en contact avec les denrées alimentaires.

Lorsque des MOH sont détectés dans des denrées alimentaires, les États membres devraient effectuer des recherches supplémentaires dans les établissements du secteur alimentaire afin d'en déterminer les sources possibles. Le suivi de cette recommandation est toutefois entravé notamment par l’absence de méthodes harmonisées pour l’échantillonnage et l'analyse.




Projet de recherche belge sur la migration des huiles minérales

Au niveau belge, le Laboratoire national de référence pour les matériaux de contact, à savoir l’ISP (Institut scientifique de Santé publique), mène un projet de recherche scientifique sur la migration à partir d’emballages en carton, le projet « Minoil » (Mineral oil migration from cardboard food contact materials: Hazard identification and exposure assessment of the Belgian population).

Le but de cette étude est d'évaluer la présence des huiles minérales dans les denrées alimentaires emballées présentes sur le marché belge, et d’estimer ensuite l’exposition des consommateurs adultes belges. Un certain nombre d’effets néfastes potentiels associés aux MOH sur la santé seront également examinés. Le projet s'achèvera fin 2018. Les résultats d’analyse obtenus sont rapportés à l’EFSA dans le cadre de la Recommandation (UE) 2017/84.




Avis du Comité scientifique de l’AFSCA

Étant donné que la Commission européenne a estimé que les données disponibles à l’heure actuelle étaient insuffisantes pour permettre d’élaborer des dispositions spécifiques (telles que la détermination de teneurs maximales en MOH dans les denrées alimentaires), l’AFSCA a décidé de demander l'avis du Comité scientifique pour disposer d'une base scientifique pour fixer des seuils d'action potentiels et veiller ainsi à la sécurité de la chaîne alimentaire.

L'avis 19-2017 du Comité scientifique propose, pour la fraction saturée des hydrocarbures d'huiles minérales (MOSH), des seuils d'action compris entre 5 et 150 mg/kg d'aliment, suivant le groupe considéré de denrées alimentaires. En ce qui concerne la fraction aromatique (MOAH), les données toxicologiques disponibles à l’heure actuelle sont insuffisantes pour permettre de proposer des seuils d'action. Vu les propriétés potentiellement cancérigènes et mutagènes de certains composants susceptibles d’être présents dans cette fraction MOAH, il est toutefois recommandé de limiter autant que possible l'exposition à ces composants. C’est pourquoi le Comité scientifique recommande d'utiliser la limite de détection analytique comme seuil d'action.

Avec cet avis du Comité scientifique, l’AFSCA veut sensibiliser les opérateurs à la problématique des huiles minérales présentes dans les denrées alimentaires et leur apporter le soutien scientifique nécessaire pour qu’ils puissent intégrer dans leur système d’autocontrôle les dangers potentiels liés à ces huiles minérales.




Les opérateurs et leur système d’autocontrôle

Si des opérateurs constatent dans le cadre de leur système d’autocontrôle que les quantités de MOAH ou de MOSH sont supérieures aux seuils d'action proposés dans l'avis du Comité scientifique, ils doivent prendre les mesures nécessaires afin d’identifier l’origine de la contamination et tout mettre en œuvre pour éviter une telle contamination ou pour remédier à celle-ci. Vu qu'il existe de multiples manières, très diverses, pour les huiles minérales de se retrouver dans les denrées alimentaires, une vigilance générale est recommandée.

Si du carton recyclé est utilisé comme matériau d’emballage, une barrière fonctionnelle peut être apposée sous la forme d’un sachet intérieur ou d’une couche intérieure convenant à cet usage, de manière à éviter la migration de MOH du carton recyclé vers l’aliment. Les bonnes pratiques de fabrication sont ici très importantes : il faut par exemple prêter une attention particulière au type d’huiles thermiques utilisées et aux fuites éventuelles, et également veiller à une sélection adéquate des matières premières et à une utilisation correcte des additifs et auxiliaires technologiques. L’utilisation d'huiles minérales pour l’enrobage de denrées alimentaires est interdite, sauf exceptions prévues dans le règlement relatif aux additifs. Leur utilisation à titre d'agent de démoulage est également interdite. En outre, il convient d'être attentif à la durée et aux conditions de stockage des denrées alimentaires emballées, etc.




Mesures de l’AFSCA

À ce stade, le but de l’AFSCA n’est pas de prendre des mesures au niveau des produits en cas de dépassement des seuils d'action, sauf s'il existe un danger immédiat pour la santé publique. La notification obligatoire n’est donc pas d'application en cas de dépassement des seuils d'action. Ces seuils d'action sont temporaires et indicatifs, dans l'attente d'une approche harmonisée au niveau européen.




Liens utiles

Avis de l’EFSA
   
Recommandation européenne
   
Avis du Comité scientifique
   

Publications des associations professionnelles :
- ECMA
- FEICA
- FEDIOL

Notre mission est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité de nos aliments, afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Version imprimable   |   Dernière mise à jour le 31.10.2017   |   Haut de la page


Conditions d'utilisation & disclaimer   |   Copyright © 2002- FAVV-AFSCA. Tous droits réservés   |   Extranet